Faut-il ou non prendre ce prêt?

Devriez-vous emprunter ou non ?

De nombreux facteurs doivent être pris en compte lors de l’expansion d’une entreprise en phase de démarrage. La manière dont vous envisagez de financer votre entreprise est l’un des facteurs les plus importants. Les prêts aux petites entreprises sont souvent utilisés par les jeunes pousses pour financer leurs opérations, mais sans une gestion financière saine, le fait de s’endetter davantage pourrait être préjudiciable à l’entreprise.

Comment savoir s’il est nécessaire de s’endetter davantage pour faire fonctionner votre entreprise en phase de démarrage ? Quelles questions devez-vous vous poser avant de soumettre une demande de prêt ?

5 questions à se poser avant de s’endetter 

Votre entreprise peut être en mesure d’obtenir le financement dont elle a besoin par le biais d’un prêt pour se développer. Vous pouvez l’utiliser pour gérer votre trésorerie et vous sortir de situations financières difficiles. Toutefois, emprunter de l’argent est une décision importante qui ne doit pas être prise à la hâte. Avant de contracter un prêt, vous devez vous poser les questions suivantes

  1.  Comment vais-je utiliser les fonds ? 

La première chose à laquelle vous devez penser est l’utilisation que vous ferez de l’argent. Les petites entreprises empruntent de l’argent pour de nombreuses raisons. Peut-être avez-vous besoin de lever des fonds pour financer des travaux de rénovation ou l’achat de nouveaux équipements, ou peut-être avez-vous besoin de couvrir des dépenses imprévues ou des changements dans votre flux de trésorerie dus aux saisons. Quelle que soit la raison, il est important de comprendre les raisons qui motivent vos décisions d’emprunt et la manière dont elles aideront votre entreprise.

2. De quel montant ai-je besoin ? 

Une fois que vous savez pourquoi vous avez besoin de lever des fonds, vous devez évaluer le montant dont vous aurez besoin.

Les informations suivantes vous aideront à déterminer le montant à emprunter aux prêteurs.

Vous devez d’abord estimer le montant dont vous aurez besoin en fonction des recettes et des dépenses d’exploitation prévues pour votre entreprise. Le taux d’intérêt du prêt est l’élément suivant auquel vous devez penser. Plus le taux d’intérêt augmente, plus le coût du prêt augmente. Vous devez également tenir compte de votre capacité à rembourser les mensualités du prêt. Les coûts associés à un prêt doivent également être pris en compte. Ces frais peuvent s’accumuler rapidement et vous devez donc veiller à les inclure dans le coût total de votre emprunt.

3. Est-ce que je gagne assez d’argent pour m’endetter davantage ? 

L’une des questions les plus importantes à se poser est de savoir si vous serez en mesure de rembourser le prêt que vous avez contracté. Si vous n’êtes pas en mesure de payer les échéances du prêt avec vos revenus, votre entreprise peut en souffrir. Vous risquez de perdre des investisseurs pour votre startup. Votre profil de crédit personnel et celui de votre entreprise peuvent en souffrir. 

4. Quelle option de financement répondra le mieux à mes besoins ? 

Il peut être difficile de choisir le type de prêt qui convient le mieux à votre entreprise, compte tenu de la grande diversité des types de prêts disponibles. Le tout est de connaître l’objectif du prêt. En sachant ce que vous ferez avec l’argent, vous serez en mesure de choisir le type de prêt qui répond le mieux à vos besoins.

Vous pouvez nous appeler si vous n’êtes pas sûr du type de prêt qui conviendrait le mieux à votre petite entreprise. Le fonds PME est une option à envisager. 

5. Quel est mon profil de crédit ? 

Votre profil de crédit contient un résumé de vos antécédents en matière de crédit. Il contient des détails sur vos comptes de crédit, y compris les prêts, les cartes de crédit et les hypothèques. Il contient également des informations sur votre utilisation du crédit et votre historique de paiement.

Le score de votre entreprise, qui varie de 0 à 100, est une représentation de votre profil de crédit. Les emprunteurs dont le score de crédit professionnel est d’au moins 75 sont souvent approuvés pour des prêts. Si votre score est inférieur à ce chiffre, vous pouvez l’augmenter avant de demander un crédit. Vous augmenterez ainsi vos chances d’obtenir un financement.

Il est essentiel que les entreprises en phase de démarrage réfléchissent soigneusement à la question de savoir si le fait de s’endetter est la meilleure solution pour leur entreprise. Dans certaines circonstances, une croissance plus lente sans emprunt peut être préférable. Dans d’autres cas, il peut être nécessaire d’emprunter de l’argent pour atteindre le niveau de croissance dont la startup a besoin pour réussir.

Comment établir la confiance avec le contenu de bouche à oreille

Chaque consommateur a le pouvoir de changer l’opinion sur votre entreprise, pour le meilleur ou pour le pire. Leur capacité à faire connaître votre marque peut être un atout puissant pour votre équipe de marketing de contenu si elle est gérée correctement. Vous trouverez ci-dessous des informations clés sur la manière d’instaurer la confiance grâce au contenu du bouche-à-oreille.

La publicité par le bouche-à-oreille est non seulement beaucoup moins coûteuse que les techniques payantes, mais elle a également un plus grand potentiel d’influence immédiate et à long terme.

Les entreprises qui exploitent le contenu généré par leurs clients et les commentaires authentiques dans leurs stratégies de marketing de contenu améliorent leur propre réputation tout en augmentant leur base de clients.

Voici quatre stratégies pour intégrer le bouche-à-oreille dans votre contenu : 

  1. Mettez en avant les contenus pertinents générés par les utilisateurs 

Le contenu généré par les utilisateurs, lorsqu’il est bien fait, peut avoir un impact. Partagez les mentions de votre entreprise sur les médias sociaux. Il s’agit d’une technique simple pour mettre en évidence la perception positive de votre entreprise par le public. Cependant, ne vous arrêtez pas là :

  • ● Trouvez du contenu qui met en valeur les produits ou les services que vous proposez. Trouvez des informations qui démontrent comment le client peut utiliser ou tirer profit de votre service ou de votre produit. Ce contenu peut s’avérer incroyablement utile.
  • ● Mettez en avant des récits de réussite de clients qui mettent en avant l’ensemble de votre marque ou de vos produits/services. Les clients qui ont exprimé publiquement leur opinion doivent être recontactés pour savoir s’ils souhaitent développer leur expérience. Mettez-les au centre du récit ; laissez-les prendre les rênes pour que votre marque n’ait pas à le faire.

CONSEIL : la publicité de bouche à oreille ne doit pas nécessairement s’appuyer uniquement sur des critiques approfondies. Même une photo accompagnée d’un texte bref et encourageant peut être efficace.

2. Dialoguez au présent. 

Même si le message d’un client sur les médias sociaux concerne le service client plutôt que le marketing, votre équipe de marketing de contenu doit y prêter attention. En participant au moment présent, vous pouvez accroître l’impact des commentaires des clients. Sans compter que lorsque vous pouvez résoudre ou clarifier un problème, la réactivité peut rapidement transformer un point négatif en point positif. 

Envisagez les tactiques suivantes pour engager la conversation avec les clients : 

  • Gardez un œil sur les mentions en temps réel afin de pouvoir intervenir dans la conversation au moment où elle se déroule. Vous pourrez ainsi intervenir si vous souhaitez y mettre un terme ou poursuivre le sujet.
  • Incorporez-vous dans la conversation avec considération. Engagez le client de manière authentique plutôt que d’essayer de contrôler la discussion, qu’il demande de l’aide, qu’il pose une question, qu’il mette en valeur votre produit ou qu’il partage une expérience positive. Répondez à la question, donnez des conseils, exprimez votre gratitude et mentionnez pourquoi vous adorez également le produit. Vous pourrez peut-être fournir des informations sur un tout nouveau bien ou service si la possibilité est réelle.
  • Parlez sur un ton avenant, et non corporatif. Les marques qui semblent plus humaines dans les interactions en temps réel avec les clients obtiennent de meilleurs résultats que les marques corporatives. Il n’est pas approprié de faire la promotion de votre marque pendant ces chats. Ce sont les occasions d’afficher votre caractère, les valeurs de votre marque et votre dévouement envers vos clients.

3. Créez des récits basés sur les commentaires des consommateurs 

En raison d’un service client exceptionnel (ou médiocre), les gens sont motivés pour soumettre des commentaires, et de nombreux consommateurs n’effectueront pas d’achat sans avoir d’abord lu les commentaires. Utilisez donc les excellents témoignages de clients dont vous disposez actuellement. Avec l’accord du client, utilisez-les dans votre contenu.

  • Recherchez les témoignages qui reflètent le mieux l’image de votre entreprise et ses offres, puis créez des récits autour d’eux. Faites-en la promotion sur votre blog, dans votre newsletter et sur les médias sociaux.
  • Recherchez les témoignages qui reflètent le mieux l’image de votre entreprise et ses offres, puis créez des récits autour d’eux. Faites-en la promotion sur votre blog, dans votre newsletter et sur les médias sociaux.
  • Créez des affichages graphiques pour les médias sociaux en utilisant des citations de clients notables.
  • Combinez les avis qui se ressemblent et créez un récit unique qui illustre la fiabilité de votre entreprise.

4. Produire et distribuer des critiques vidéo. 

Vous devriez envisager d’inclure des vidéos de clients dans votre plan de marketing de contenu. Elles peuvent servir de source de diligence raisonnable pour les clients potentiels, tout comme d’autres types de contenu de bouche-à-oreille. Lorsqu’ils sont bien réalisés, les récits personnels permettent aux clients potentiels de s’imaginer en train de résoudre leurs problèmes. Ces vidéos peuvent être utilisées de différentes manières :

  • Affichez des témoignages vidéo complets sur le site web de votre entreprise. Elles peuvent être utilisées indépendamment ou en complément d’une étude de cas plus longue.
  • Postez des extraits sonores de la vidéo qui ont été montés de manière experte et qui démontrent que votre marque est à la hauteur des attentes sur les médias sociaux.
  • ugmentez le nombre de personnes qui vous suivent sur YouTube. Ce matériel peut ensuite être utilisé pour améliorer votre référencement et votre profil Google My Business.
  • ugmentez le nombre de personnes qui vous suivent sur YouTube. Ce matériel peut ensuite être utilisé pour améliorer votre référencement et votre profil Google My Business.

Le marketing de bouche à oreille est l’une des méthodes de marketing de contenu les plus efficaces. Votre base de clients est susceptible d’augmenter lorsque ce sont vos consommateurs qui parlent, publient et partagent. L’astuce pour instaurer la confiance grâce au contenu du bouche-à-oreille consiste à organiser, combiner et reconditionner avec succès le contenu généré par les utilisateurs afin d’obtenir de meilleurs résultats pour votre entreprise.

Astuces et outils pour les médias sociaux.

Bien que la création de contenu nécessite du temps et de l’argent, vous pouvez produire du matériel de haute qualité avec un smartphone et quelques outils et conseils simples. Le principal avantage de l’utilisation des médias sociaux est qu’il s’agit d’une méthode peu coûteuse pour accroître la visibilité de votre marque. 

En outre, vous pouvez atteindre votre public cible sur les médias sociaux pour beaucoup moins d’argent que vous ne le feriez avec des publicités ciblées.

Les médias sociaux peuvent être utilisés pour atteindre divers objectifs, notamment le développement de la marque, le renforcement de la crédibilité, le marketing de bouche-à-oreille et le resserrement des liens avec les clients actuels. Vous pouvez aussi vous contenter d’utiliser les médias sociaux pour diriger les visiteurs vers votre site web, où ils finiront peut-être par devenir des clients payants. N’oubliez pas de communiquer avec les personnes qui vous suivent sur les médias sociaux, en plus de publier des messages. Si quelqu’un montre de l’intérêt pour votre marque, soyez présent, engagez-vous et interagissez. Vous trouverez ci-dessous quelques conseils et outils pour réussir sur les médias sociaux.

Soyez cohérent.

La cohérence est la meilleure chose que vous puissiez faire en tant que petite entreprise lorsque vous commencez à utiliser les médias sociaux. Trop souvent, les marques perdent confiance si elles ne commencent pas à voir des résultats immédiatement. La croissance des médias sociaux peut être progressive, mais comme pour d’autres choses, si vous êtes persévérant, vous en verrez les bénéfices. Pour ce faire, vous devez publier régulièrement du contenu de qualité (au moins une fois par semaine). Il y a plusieurs raisons à cela. 

La première est que vous voulez que les utilisateurs aient une idée claire de votre marque lorsqu’ils arrivent sur votre profil. Les utilisateurs se désintéresseront rapidement de votre site web et le quitteront s’il ne contient que peu ou pas de contenu. Il en va de même pour les posts dispersés.

Vous pouvez partager une histoire sur les médias sociaux. Les utilisateurs comprendront ce qu’ils peuvent attendre de votre page, quelle est votre voix et ce que vous avez à offrir si vous donnez la priorité à la cohérence et à l’homogénéité. Ce faisant, vous attirerez votre segment cible.

Ajoutez de la variété à votre contenu.   

Les médias sociaux offrent de nombreuses possibilités d’expérimentation et de créativité. Trop souvent, les entreprises adoptent une seule stratégie efficace.

Les médias sociaux changent et évoluent en permanence. En raison de l’ajout de nouvelles fonctionnalités et de l’évolution des habitudes des utilisateurs sur les différentes plateformes, ce qui fonctionnait hier peut ne plus fonctionner aujourd’hui.

Gardez cela à l’esprit et expérimentez autant que possible les types de contenu. Par exemple, vous ne pouvez publier que des vidéos sur TikTok. Sur Facebook, en revanche, vous avez la possibilité de publier en direct, des photos, des sondages et bien d’autres choses encore.

Pour les petites entreprises, l’approche la plus simple pour développer leur audience et augmenter leur nombre de followers est de créer du matériel éducatif et/ou convaincant.

Nous ne disons pas que les petites entreprises doivent se limiter à ces deux formes de contenu. Elles doivent expérimenter avec tous leurs contenus afin de déterminer ce que leur public préfère. Toutefois, il peut s’agir d’un bon point de départ.

Voici quelques suggestions pour vous aider à démarrer :

  • Mise en avant des clients
  • Des guides pratiques
  • Les arrière-plans
  • Tendances (sons et danses virales)
  • Caractéristiques des produits
  • Questions et réponses
  • Faits concernant votre secteur d’activité

La qualité plutôt que la quantité.   

Cela vaut à la fois pour les plateformes que vous utilisez et pour le contenu que vous publiez. Si le fait de publier fréquemment sur les médias sociaux est bienvenu du point de vue du contenu, il y a un hic. Vos publications doivent toutes apporter une valeur ajoutée. Si ce n’est pas le cas, envisagez une autre tactique, comme le partage de contenu généré par les utilisateurs ou la reprise d’un contenu lié à la marque d’un non-concurrent.

Plateformes.   

Une petite entreprise n’a peut-être pas le temps ou l’argent nécessaire pour ouvrir un compte sur chaque réseau de médias sociaux. Concentrez-vous sur une à trois plates-formes correspondant aux caractéristiques démographiques de votre public cible, puis progressez à partir de là.

Comment créer et maintenir un bilan




Vous êtes-vous déjà demandé comment créer et gérer un bilan ?

Le bilan fournit un résumé de la situation financière de votre entreprise à une date précise. Il explique en termes non comptables ce que votre entreprise possède (actif), ce qu’elle doit (passif) et quelle est la part des propriétaires dans l’entreprise (‘equity’).

Si les états financiers sont l’histoire de votre entreprise, le bilan en est le résumé. Votre bilan vous donne une image claire de ce que vous possédez et de ce que vous devez, ainsi qu’un résumé de la situation financière de votre entreprise à un moment donné. Vous trouverez ci-dessous des informations sur la manière de créer et de tenir un bilan.

1. L’actif

Les actifs sont les éléments que votre entreprise possède. Ils sont souvent divisés en deux sections dans les bilans.

Les actifs circulants

Tout d’abord, l’actif circulant comprend les liquidités et les autres actifs que vous prévoyez de vendre au cours de l’année à venir. À ce titre, les stocks et les créances sont des exemples d’actifs circulants.

Actif immobilisé

Les actifs immobilisés sont des biens ou des équipements appartenant à l’entreprise et qu’elle utilise pour générer des revenus grâce à ses activités. Les actifs fixes sont des biens qui ne seront probablement pas vendus et qui sont achetés pour une longue période (plus d’un an). En raison de l’usure, leur valeur se déprécie au fil du temps. Dans le compte de résultat, cette modification est notée en tant qu’amortissement.

2. Le passif

Le passif est constitué des sommes que votre entreprise doit à des parties externes au cours des 12 prochains mois. Plus précisément, les bilans divisent le passif en deux catégories. Le passif à court terme et le passif à long terme.

Parmi les exemples de passif à court terme figurent les comptes créditeurs, les factures de cartes de crédit, les taxes sur les ventes perçues, les charges salariales et les remboursements d’emprunts. Quant aux passifs à long terme, il s’agit par exemple des prêts à terme et des hypothèques.

3. Équité des actionnaires

LÉquité de l’actionnariat est la valeur de l’obligation de l’entreprise envers les actionnaires. C’est ce que l’entreprise vous doit.

Il inclut les éléments suivants

la somme d’argent investie dans l’entreprise par ses actionnaires (fonds de démarrage que vous avez investis, etc.)

La somme d’argent générée par une entreprise (les montants que vous avez laissés dans l’entreprise au fil du temps).

Toute donation de capital.

Calculez les capitaux propres à l’aide de la formule suivante : Équité = Total de l’actif – Total du passif.

Un guide pour la préparation du bilan

Pour établir un bilan précis, vous pouvez utiliser votre logiciel de comptabilité. Dans tous les programmes conçus pour la comptabilité en partie double, le bilan est un rapport standard.

Tout d’abord, allez dans la section « rapports » de votre logiciel de comptabilité et recherchez les rapports financiers. Le bilan devrait figurer en tête de liste, souvent juste après le bilan des bénéfices et des pertes, car il s’agit d’un état financier courant.

Pour le rapport de bilan, certains logiciels comptables vous demandent de spécifier une période. Cela peut parfois prêter à confusion. Le bilan affiche des informations à partir d’une certaine date. Cependant, le compte de résultat n’affiche des informations que pour une période donnée. Par ailleurs, en plus d’un aperçu financier de votre entreprise depuis le début jusqu’à la date du bilan, ces données fournissent également un résumé financier de votre entreprise.

Objectif du bilan

Les bilans servent avant tout à déterminer si la procédure comptable a produit des résultats exacts. Il est facile de déceler une erreur dans le bilan si l’actif ne correspond pas au passif et aux capitaux propres.

Les logiciels de comptabilité contemporains ne permettent pas d’enregistrer des transactions qui ne sont pas équilibrées, de sorte que les bilans irréguliers sont extrêmement rares. Un bilan déséquilibré indique généralement un problème lié au logiciel. De nos jours, les bilans ne sont plus nécessaires. Cependant, le bilan vous aide à mesurer la santé de votre entreprise et à prendre des décisions commerciales en connaissance de cause.

En bref, le bilan est un outil essentiel pour évaluer la santé de votre entreprise et prendre des décisions commerciales prudentes.

Comment prendre des décisions commerciales à l’aide de votre bilan ?

Un simple coup d’œil au bilan vous permet d’évaluer la santé financière de votre entreprise. Si les capitaux propres sont négatifs, ce qui signifie que le passif est supérieur à l’actif, cela peut être le signe que votre entreprise a des problèmes financiers. Prenez rendez-vous avec votre comptable pour en discuter.

De plus, vous pouvez identifier trois paramètres clés à partir du bilan de votre entreprise.

Ratio actuel

Ratio actuel mesure la capacité de votre entreprise à faire face à ses obligations à court terme. L’équation est la suivante : Ratio actuel est égal à l’actif à court terme / le passif à court terme.

Le ratio actuel indique combien de fois les liquidités disponibles de votre entreprise peuvent couvrir ses dettes à court terme. Un ratio inférieur à 1 signifie que votre entreprise ne disposera pas de suffisamment de liquidités ou d’équivalents de liquidités pour couvrir ses obligations au cours des 12 prochains mois.

Ratio rapide

Voici la formule du ratio rapide : Ratio rapide : Passif à court terme / (Trésorerie et équivalents de trésorerie + Investissements à court terme + Comptes à recevoir)

Le ratio rapide, qui mesure la liquidité, est souvent identique au ratio actuel.

Le ratio dettes/fonds propres

Le ratio dettes/fonds propres indique dans quelle mesure votre entreprise est financée par des dettes, ou quel est son niveau d’endettement. 

L’équation est la suivante : Ratio dettes/fonds propres = Total du passif / Total des fonds propres

N’oubliez pas que nous examinons à présent l’ensemble du passif, y compris la dette à long terme. Un ratio dettes/fonds propres compris entre 1 et 1,5 est considéré comme sain. Un ratio supérieur peut être le signe d’un fort endettement de votre entreprise. Il peut alors être plus difficile de trouver un financement à un taux intéressant.

Éléments à prendre en considération

Les ratios sont utiles pour évaluer rapidement les performances de votre entreprise dans quelques domaines clés. Évaluez le bilan, le compte de résultat et le tableau des flux de trésorerie afin de prendre de bonnes décisions commerciales.

3 éléments à prendre en considération lors de la planification de la vente de votre entreprise.

Lorsque les chefs d’entreprise atteignent l’âge de la retraite, ils découvrent souvent qu’ils n’ont pas de stratégie de sortie viable. Voici comment préparer la vente de votre entreprise pour éviter de tomber dans ce piège. Voici trois points à prendre en compte lorsque vous envisagez de vendre votre entreprise.

Selon le propriétaire, il peut s’agir de vendre à un parti extérieur ou de transmettre l’entreprise à la génération suivante de la famille.

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez gérer les aspects financiers de la sortie. Surtout si vous souhaitez vendre votre entreprise et que vous devez trouver un acheteur. De nombreux propriétaires repoussent cette question jusqu’à ce qu’ils soient prêts à partir. En effet, cela peut prendre de trois à cinq ans pour trouver l’acheteur idéal, ce qui est très généralement le cas.

1. Établissez un calendrier à l’avance.

Le meilleur moment pour décider comment et quand vendre son entreprise est celui où vous vous trouvez au sommet de votre réussite, et non celui où vous commencez à ralentir. La plupart des chefs d’entreprise ont une cinquantaine d’années. Ils ne sont pas encore prêts à prendre leur retraite, mais ils ont toute l’expérience nécessaire pour mener à bien leur projet.

L’établissement d’un calendrier vous aidera à structurer la vente elle-même et à déterminer comment vous pouvez gérer l’entreprise dans l’intervalle.

Préciser qui est l’acheteur.

La recherche d’un acheteur pour votre entreprise est, bien entendu, un élément clé de la préparation de l’achat. Comme nous l’avons déjà mentionné, il s’agit d’un processus de longue haleine qui doit impliquer un examen approfondi des acquéreurs potentiels afin de vérifier si leurs valeurs, leurs objectifs et leurs idées concernant les performances et la culture de l’entreprise coïncident avec les vôtres. De cette manière, vous pouvez garantir que l’entreprise sera gérée selon votre style, même après votre départ. (Cela vaut également si vous confiez les rênes de l’entreprise à un ami proche ou à un membre de votre famille).

3. Examinez attentivement le comment.

La question la plus importante est de savoir comment la transaction sera financée une fois que vous aurez trouvé votre acheteur. Il est possible que votre acheteur dispose de suffisamment de liquidités ou d’un financement bancaire pour acheter l’intégralité de votre entreprise, ce qui est fantastique ! Toutefois, il est également possible que l’acheteur ne dispose pas d’un capital suffisant (qu’il possède ou qu’il ait emprunté) pour financer l’opération en une seule fois. Dans ce cas, vous conclurez une vente à tempérament dans laquelle vous accepterez des paiements répétés de la part de l’acheteur.

Ces trois étapes peuvent vous aider à procéder de manière à obtenir le meilleur résultat financier possible. Ce résultat peut être bon pour vous et pour les générations futures de votre famille. La préparation est la clé du succès, quelle que soit la voie choisie, la valeur de votre entreprise ou le moment de votre sortie.

En outre, en vous donnant plus de temps pour vous préparer mentalement, vous pouvez même minimiser le stress émotionnel lié à la cessation d’activité. Ainsi, le moment venu, le choc ne sera pas aussi violent et ressemblera davantage à une transition vers une vie agréable et sans souci après la reprise de l’entreprise.

Termes juridiques communs pour les VC

Investir dans une startup peut être un voyage exaltant et plein de récompenses potentielles. Mais, comme pour tout voyage, il est important de comprendre le langage du paysage. Dans le monde du capital-risque, ce langage comprend des termes juridiques que tout investisseur, qu’il s’agisse d’un investisseur en capital-risque chevronné ou d’un investisseur providentiel en devenir, doit comprendre. Un manque de compréhension peut conduire à des erreurs coûteuses. C’est pourquoi cet article met en lumière quatre termes juridiques clés que tout investisseur doit bien connaître :

  1. L’évaluation
  1. Options
  1. Préférence de liquidation
  1. Droits au prorata

Dans le domaine de l’investissement, deux concepts fondamentaux sont toujours importants : l’économie et le contrôle. Ils constituent le fondement de l’investissement en phase de démarrage, où les risques élevés nécessitent des mécanismes permettant de capturer à la fois les pertes et les gains potentiels. En outre, le contrôle, généralement réparti entre l’entreprise et les investisseurs, joue un rôle important. Même si le fondateur tient les rênes de l’entreprise, il est crucial pour les investisseurs de s’assurer qu’ils peuvent influencer certaines décisions de l’entreprise et opposer leur veto à celles qu’ils désapprouvent. 

L’évaluation est la pierre angulaire de tout investissement. Dans le monde du capital-risque, ce terme est généralement divisé en deux catégories : l’évaluation avant et après la mise de fonds. L’évaluation avant l’investissement indique la valeur de l’entreprise avant l’investissement. Il est souvent difficile de déterminer cette valeur dans les premières phases d’une entreprise en raison de l’absence d’états financiers ou de bénéfices. Dans ce cas, des facteurs tels que la taille du marché, la concurrence et la croissance potentielle sont pris en compte pour estimer la valeur de l’entreprise. D’autre part, l’évaluation après l’investissement est la valeur de l’entreprise après l’investissement, calculée en additionnant l’évaluation avant l’investissement et le montant de l’investissement. Par exemple, si une entreprise en phase de démarrage dont la valeur avant l’investissement est de 10 millions de dollars reçoit un investissement de 5 millions de dollars, la valeur après l’investissement sera de 15 millions de dollars. Cette évaluation influe sur votre pourcentage de participation et, par conséquent, sur le retour sur investissement potentiel. 

La réserve d’options est un autre terme essentiel qui désigne une réserve d’actions mise de côté pour les futurs conseillers, employés et consultants d’une entreprise. Il est courant dans les entreprises en phase de démarrage de motiver les individus en leur offrant des actions de l’entreprise, qui peuvent devenir de plus en plus précieuses au fur et à mesure de la croissance de l’entreprise. En règle générale, le pool d’options représente entre 10 et 20 % du nombre total d’actions en circulation de l’entreprise. Les investisseurs préfèrent souvent que la réserve d’options soit un pourcentage de la capitalisation après paiement afin d’éviter la dilution de leur pourcentage de propriété.   

La préférence de liquidation détermine l’ordre de paiement après un événement de liquidité tel que l’acquisition d’une société. En général, les investisseurs sont payés en premier, suivis par les actionnaires privilégiés et les actionnaires ordinaires. Deux aspects essentiels sont à prendre en considération : le multiple et la participation. Le multiple peut être 1x, 2x, 3x ou tout autre multiple, représentant le rendement de l’investissement initial. La participation fait référence au droit de l’investisseur de récupérer son investissement initial et de participer au produit restant. 

Enfin, les droits au prorata sont essentiels pour les investisseurs, en particulier ceux qui participent à des investissements en phase de démarrage ou à des investissements providentiels. Ces droits donnent aux investisseurs la possibilité d’acheter des actions supplémentaires lors des prochains cycles de financement afin de maintenir leur pourcentage de participation actuel. Cela est particulièrement important pour éviter la dilution au fur et à mesure que l’entreprise se développe et lève davantage de fonds. 

Ces quatre termes constituent le jargon juridique fondamental que tout investisseur en capital-risque doit comprendre parfaitement. Comme chaque entreprise et chaque investissement sont uniques, il est essentiel de préciser ces termes lors des négociations afin d’éviter des erreurs d’interprétation coûteuses et de garantir un parcours d’investissement fluide et fructueux.

L’antidote de la pauvreté: entrepreneuriat

 

Souvent négligés dans les discussions sur le développement économique, l’esprit d’entreprise et l’activité commerciale jouent un rôle essentiel dans la promotion de la croissance. L’esprit d’entreprise et les startups peuvent jouer un rôle important dans la réduction de la pauvreté. Les startups peuvent aider à sortir les gens de la pauvreté et promouvoir le développement à long terme en créant des emplois et en stimulant la croissance économique. Selon le Global Entrepreneurship Monitor, les petites et moyennes entreprises (PME) représentent plus de 90 % de toutes les entreprises et plus de la moitié des emplois dans le monde. Les startups peuvent contribuer à réduire la pauvreté en permettant aux individus défavorisés d’accéder aux services financiers

Le parcours remarquable de la Chine, qui a sorti environ 600 millions de personnes de la pauvreté depuis la fin des années 1970, à la suite des réformes de marché de Deng Xiaoping, met en évidence le potentiel de transformation des entreprises. Aujourd’hui, l’idée de l’entrepreneuriat résonne plus que jamais au sein de la jeune génération, dont beaucoup aspirent à créer leur propre entreprise.

Dans des régions comme le Québec, la sensibilisation à l’esprit entrepreneurial se fait souvent en dehors du programme scolaire officiel. Toutefois, une évolution est notable dans de nombreuses économies qui ont reconnu l’entrepreneuriat comme une stratégie efficace de lutte contre la pauvreté. Malgré les défis posés par la pénurie financière, les initiatives entrepreneuriales peuvent souvent obtenir des résultats remarquables avec des ressources limitées.

Pays en développement 

Si l’esprit d’entreprise est bénéfique pour un individu, il l’est aussi pour l’économie. C’est l’un des moyens les plus efficaces de contribuer à la réduction de la pauvreté. 

Les emplois traditionnels dépendent de l’économie d’un pays et de son accès à l’enseignement supérieur. La plupart des jeunes des pays en développement n’ont pas accès à l’éducation. De plus, l’économie est souvent en ruine. Il y a donc très peu d’opportunités pour les emplois traditionnels. 

L’entrepreneuriat va au-delà de ces facteurs et permet à un individu de se développer sans avoir besoin d’un diplôme.  

Économies émergentes 

Les gouvernements des économies industrialisées et émergentes ont déjà pris des mesures pour promouvoir l’esprit d’entreprise. Dans l’Union européenne, le chômage augmente depuis 2001.  Pour contrer cette tendance, les gouvernements ont créé des programmes permettant aux entrepreneurs de bénéficier d’une formation, de conseils, d’une infrastructure et d’un financement. Ces mesures sont censées créer un environnement propice à l’esprit d’entreprise. Depuis la mise en place de ces politiques, un communiqué de presse de la Commission européenne a déclaré que « certains éléments indiquent que l’on a réussi à aider les jeunes à sortir du chômage et à générer une valeur ajoutée économique ».  

Organisations internationales 

Les grandes organisations internationales font également l’éloge de l’esprit d’entreprise. Elles estiment qu’il s’agit de l’un des principaux outils permettant de réduire la pauvreté et le chômage. Depuis de nombreuses années, les Nations unies parlent de l’importance de l’esprit d’entreprise. Elles ont mis en œuvre des programmes dans différents pays dans l’espoir de promouvoir l’esprit d’entreprise. Selon un communiqué de presse des Nations Unies, « les petites et moyennes entreprises […] en France ou aux Etats-Unis […] sont devenues un véritable moteur de croissance et/ou de création d’emplois ». La mise en œuvre des politiques des organisations nationales et internationales montre que l’esprit d’entreprise a le potentiel de lutter contre le chômage et de contribuer à réduire la pauvreté dans le monde. 

Les organisations à but non lucratif  

Si les œuvres de bienfaisance peuvent contribuer au recul de la pauvreté dans les pays moins développés, elles ne constituent qu’une solution à court terme. Donner de l’argent aux personnes dans le besoin leur permettra de gravir un échelon dans l’échelle économique. Mais c’est l’esprit d’entreprise qui les mènera au sommet. Si les organisations à but non lucratif aident les gens à court terme, elles n’inversent pas le cycle de la dépendance et du chômage dans les pays en développement. En revanche, l’esprit d’entreprise le fait et remplace ce cycle par un autre basé sur l’autosuffisance. Voici un exemple simple : vous donnez vos vêtements usagés à une organisation caritative qui les envoie à l’étranger pour aider les personnes dans le besoin. Cette action est bien intentionnée et réfléchie, mais elle détruit à long terme le climat entrepreneurial du pays. 

Cependant, les entrepreneurs ne peuvent pas réussir seuls. Dans les économies en développement, de nombreux maillons manquent pour que l’entrepreneuriat soit couronné de succès : les compétences, le capital, l’infrastructure de base et la réglementation. Par exemple, il est très difficile pour un entrepreneur de faire fonctionner une usine lorsque l’électricité n’est pas constante. C’est là que les organisations à but non lucratif devraient intervenir. En investissant dans les routes, le capital et d’autres infrastructures, les œuvres de bienfaisance seront en mesure d’aider les pays à court et à long terme. En leur offrant un climat propice à l’esprit d’entreprise, elles leur permettront de se développer à long terme et de devenir autosuffisantes. 

Les ONBL traditionnelles, bien que bienveillantes et appréciées, sont néfastes à long terme pour les économies émergentes. Elles favorisent la dépendance et le doute. Elles créent également un climat social défavorable au changement et à l’esprit d’entreprise. L’éradication de la pauvreté passe par un changement social. Les ONBL devraient investir dans la création d’un climat propice à l’esprit d’entreprise et encourager le changement social dans les pays en développement. 

Éviter l’échec du demmarage?

Une niche c’est quoi ? 

Prévenir l’échec d’une startup. Qu’entendons-nous exactement lorsque nous parlons d’une niche pour les startups ? D’une part, il s’agit d’un marché cible spécifique. Au lieu de vous adresser à tout le monde de manière généralisée, vous vous adresserez à un public spécifique défini par des facteurs tels que l’âge, le sexe, la géographie, le niveau économique, le niveau d’éducation et même des points de vue ou des perspectives spécifiques. Vous trouverez ci-dessous des suggestions pour éviter l’échec d’une startup.

À un autre niveau, nous parlons du rôle de votre entreprise dans l’écosystème économique au sens large. Quelles sont les lacunes que vous comblez et que d’autres entreprises ne comblent pas ? Y a-t-il quelque chose dont les gens ont besoin et qui n’est pas disponible ailleurs ? Ou bien les biens et services actuellement disponibles présentent-ils des lacunes ?

La première étape de la recherche d’un marché de niche consiste à définir une position distincte pour votre entreprise dans les deux situations. Vous devez proposer un produit ou un service qui se distingue des offres de vos concurrents et le commercialiser auprès d’un public spécifique. 

Quelle est la valeur d’une niche ?

Pourquoi une niche de démarrage est-elle utile ? Contrairement à l’idée répandue selon laquelle il est préférable de cibler un public plus large, le fait de se concentrer sur une niche spécifique présente plusieurs avantages :

Identité et distinctions

La première étape pour déterminer le créneau de votre startup consiste à élaborer une stratégie pour vous distinguer de la concurrence. C’est une excellente occasion de commencer à développer l’identité de votre marque.

Savoir comment et pourquoi vous vous distinguez des autres entreprises de votre secteur peut vous aider à fixer des normes de marque plus élevées pour vous-même et à commencer à développer régulièrement votre entreprise. Aujourd’hui et à l’avenir, votre image de marque et votre matériel de marketing seront basés sur ces éléments.

Compréhension du public

Connaître son créneau implique de comprendre les perspectives et les valeurs de son public cible, ce qui permet de mettre en place des stratégies de communication et de marketing plus efficaces. Quels sont les points de vue et les valeurs qui les caractérisent?

Si vous les comprenez, vous serez en mesure de communiquer avec votre public cible de manière beaucoup plus efficace. Votre capacité à créer des supports marketing et publicitaires plus convaincants s’améliorera, tout comme la probabilité d’acquérir un client lors d’une visite de vente. Mieux encore, vous pouvez vous en servir pour fidéliser vos clients.

Défense concurrentielle

En ciblant des marchés inexploités, vous pouvez protéger votre espace de marché des concurrents tout en réduisant les coûts de commercialisation.

Vous n’aurez pas à craindre que la concurrence envahisse votre espace économique si vous pouvez créer des biens et des services qui se distinguent réellement de ceux de vos concurrents. Si vous ciblez un marché que les autres entreprises ignorent complètement, vous bénéficierez de coûts de marketing réduits et d’une pertinence marketing accrue.

Capacités offensives

Vous pouvez également être plus agressif dans le ciblage de la niche de votre startup, en rivalisant directement avec vos plus grands concurrents en offrant de meilleurs produits ou en attirant vos publics mutuels de manière plus pertinente et ciblée. 

Une stratégie concurrentielle agressive met l’accent sur l’évolution active de votre secteur d’activité et sur l’amélioration constante afin de rester en tête de la concurrence. La meilleure façon de faire face à vos adversaires est de combiner des stratégies défensives et offensives.

Commencer par la base

Donc, comment découvrir le créneau de votre startup ? Voici quelques étapes :

1. Analysez vos concurrents pour identifier les lacunes ou les opportunités du marché.

Une fois que vous avez décidé d’un concept commercial de base, commencez à rechercher vos principaux concurrents. Il ne s’agit pas nécessairement de concurrents directs offrant les mêmes biens et services que vous, mais ils doivent être liés à votre secteur d’activité.

Comment se présentent-ils actuellement ? Quel est leur public cible ? Quelle image ont-ils d’eux-mêmes? Vous pouvez vous en inspirer pour créer votre propre spécialité ou essayer de vous écarter complètement de ces normes pour différencier votre marque.

1. Réfléchissez à votre concurrence.

Une fois que vous avez décidé d’un concept commercial de base, commencez à rechercher vos principaux concurrents. Il ne s’agit pas nécessairement de concurrents directs offrant les mêmes biens et services que vous, mais ils doivent être liés à votre secteur d’activité. 

Comment se présentent-ils actuellement? Quel est leur public cible? Quelle image ont-ils d’eux-mêmes? Vous pouvez vous en inspirer pour créer votre propre spécialité ou essayer de vous écarter complètement de ces normes pour différencier votre marque.

2. Réalisez une étude de marché pour déterminer les données démographiques et les tendances.

Si vous avez quelques idées de marchés cibles potentiels ou de tactiques de positionnement, commencez à faire une étude de marché.

Statistique Canada dispose d’excellentes données démographiques pour l’ensemble du pays, et la lecture des publications des grands instituts de recherche peut vous aider à mieux comprendre les différentes populations. À mesure que vous acquerrez de l’expérience, vous serez en mesure d’éliminer les clients qui ne conviennent pas à votre entreprise et de commencer à repérer des clients potentiels plus rentables.

3. Collectez les impressions des clients potentiels en menant des enquêtes et en organisant des groupes de discussion.

Commencez à organiser des enquêtes et des groupes de discussion si vous disposez d’un prototype du produit que vous souhaitez vendre ou de quelque chose de substantiel à montrer aux gens (comme une démo ou un modèle en 3D de votre produit).

Vous pouvez réfléchir à la fois aux données démographiques que vous avez déjà en tête et à celles que vous n’avez pas encore prises en compte. Que disent vos clients de votre produit? Que pensent-ils du nom de votre entreprise ? Ont-ils des suggestions d’amélioration? Vous pouvez obtenir des conseils utiles si vous prêtez attention aux réponses des participants.

4. Créez des profils d’acheteurs pour mieux comprendre votre public cible et orienter vos stratégies de marketing et de vente.

À ce stade, vous devriez disposer de suffisamment de données pour commencer à créer des personas de consommateurs. Il s’agit de personnages fictifs conçus pour représenter la personne moyenne de l’un de vos publics cibles.

Par exemple, vous pourriez créer un persona client nommé « Jerry » pour représenter les hommes trentenaires vivant en milieu urbain. Les personas clients peuvent vous aider à définir votre niche et à partager plus facilement des informations sur votre marché cible avec d’autres services tels que le marketing et les ventes.

Trouver votre créneau

Il n’est pas difficile d’identifier un créneau rentable. Toutefois, vous devez effectuer les recherches nécessaires. Suivez les étapes suivantes pour identifier un créneau rentable dans lequel votre startup pourra prospérer et réussir.

5 astuces de tarification des produits pour augmenter les bénéfices.

Les petites entreprises ont besoin de marges saines. Établir les prix de manière appropriée permet de maximiser la rentabilité et la croissance future. La plupart des gens ne savent pas instinctivement comment fixer le prix de leurs produits pour augmenter leurs bénéfices, mais les chefs de petites entreprises doivent développer cette capacité essentielle. Vous trouverez ci-dessous cinq astuces pour fixer le prix d’un produit afin d’augmenter les profits.

Il est essentiel de connaître la valeur du temps pour pouvoir décider du prix de ses biens et de ses services. Les clients sont prêts à payer davantage pour un bien ou un service de qualité plus élevée. Les clients commenceront rapidement à avoir des doutes sur la valeur des produits si leur prix est trop élevé pour des articles de faible qualité ou trop bas pour des articles de grande qualité. Voici cinq tactiques de fixation des prix des prix qui augmenteront votre rentabilité et vous donneront un avantage concurrentiel.

De la vente au détail à la vente en gros:

Calculez les coûts liés à la fabrication et à la commercialisation des produits. Au cours de ce processus, il est essentiel de définir votre stratégie de commercialisation. Par exemple, si vous souhaitez vendre par l’intermédiaire de détaillants, prévoyez un budget pour les commissions. Lorsque vous vous adressez à des détaillants, votre prix de vente doit être équivalent au prix de gros. Lorsque vous déterminez votre prix de vente au détail, il est essentiel d’éviter le conflit avec vos partenaires, car les magasins revendent les produits. La formule de calcul des prix est la suivante : prix de détail = prix de gros x 2,5 et prix de gros= coût total x 2. Par exemple, votre coût total sera de 20 $ si votre prix de gros est de 40 $ et votre prix de détail de 100 $.

Coûts de prime:

Les entreprises dont les produits sont uniques utilisent régulièrement cette méthode et facturent des prix élevés. Si votre produit dispose d’un brevet ou d’un secret commercial qui lui confère un avantage concurrentiel, utilisez-le.

Offres groupées:

Plusieurs articles peuvent être proposés à un prix plus bas que s’ils étaient vendus individuellement. Les exemples les plus fréquents sont les offres « Achetez-en un, recevez-en un gratuit » et « Achetez-en un, recevez-en un à moitié prix ». Cette stratégie vous permet de réduire vos stocks tout en améliorant la perception de la valeur par vos clients.

Offres limitées dans le temps

Cette stratégie crée un sentiment d’urgence et incite les clients à acheter immédiatement. Envisagez d’utiliser une promotion ou un compte à rebours sur les pages de produits.

La tarification psychologique:

La tarification psychologique est une approche de tarification qui fait appel à la psychologie ou au subconscient pour inciter les clients à payer davantage. Par exemple, un prix de 6,99 $ est considéré comme « moins cher » qu’un prix de 7 $. L’idée est que les acheteurs considèrent le coût légèrement réduit comme une bonne affaire et se sentent encouragés à effectuer l’achat.

Après quelques mois de mise en œuvre d’une stratégie de tarification, réexaminez et révisez votre plan. En fonction de la situation, vous pourriez être amené à ajuster les prix des produits, à traiter avec un concurrent ou à ajuster les prix en fonction de l’évolution des tendances du marché. N’ayez pas peur de changer d’orientation si cela s’avère nécessaire. Une stratégie de prix solide peut aider votre entreprise à conserver son avantage concurrentiel et à attirer de nouveaux clients.

5 conseils pour faire grandir une startup

5 conseils pour faire grandir une startup. Lorsqu’une entreprise est mise à l’échelle, un pied est dans la phase de démarrage tandis que l’autre est dans la phase de maturation, de mise à l’échelle. Vous n’êtes plus une nouvelle startup avec un fort esprit d’entreprise, une solution MVP ou un financement de démarrage. Cependant, vous n’êtes pas (encore) une entreprise Fortune 500 avec des dizaines de milliers de clients fidèles.

Voici cinq des meilleurs conseils pour faire évoluer une startup.

Ceux qui partagent vos idéaux viendront à vous

Vous devez rester innovant, offrir un environnement intéressant et aligner les convictions de votre équipe si vous voulez attirer les candidats idéaux.

C’est une leçon que beaucoup apprennent en essayant de suivre les tendances du marché. Vous devez être conscient que pour que vos clients puissent prendre des décisions éclairées et complètes, ils ont besoin de données approfondies sur la durabilité de la chaîne d’approvisionnement. La demande de données et de rapports environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) a augmenté à la suite de la pandémie de COVID-19. Les entreprises veulent et doivent démontrer à leurs clients (B2B) et à leurs consommateurs (B2C) qu’elles respectent les normes internationales et que leur chaîne d’approvisionnement est conforme aux lois régissant tous les domaines, des médicaments dangereux à l’esclavage moderne. En fournissant des données essentielles sur la chaîne d’approvisionnement et en assurant la transparence, vous avez stratégiquement positionné votre entreprise au confluent de deux tendances majeures du marché.

Planifier et préparer l’environnement

Il est essentiel de mettre en place des mécanismes avant d’en avoir besoin si vous voulez réussir à vous développer. Prenez le temps de rédiger une description détaillée de chaque poste afin de ne pas embaucher trop ou trop peu de personnes. Créez une procédure d’intégration de plusieurs jours qui soit bien structurée et qui fasse appel à diverses méthodes d’apprentissage.

Si vous êtes à la recherche d’investissements pour votre entreprise, cela nécessite un processus de diligence raisonnable approfondi. En réalité, les investisseurs en capital-risque étudient minutieusement chaque entreprise dans laquelle ils sont susceptibles d’investir. Les investisseurs sont curieux de savoir ce que vous gérez mal si vous n’êtes pas bien organisé dans un département comme celui des ressources humaines.

La culture a beaucoup d’importance

Lorsque vous trouvez des personnes exceptionnelles, vous ne voulez pas que la concurrence vous les vole. L’embauche n’exige pas seulement de consacrer du temps aux activités courantes, mais elle coûte aussi de l’argent. Bien que les études sur les dépenses liées à l’embauche d’un nouveau salarié varient, les estimations dépassent souvent les 6 000 dollars par candidat. La culture est au cœur de notre processus d’intégration. Avant même d’acquérir des informations techniques sur leur travail, vos nouveaux employés doivent le ressentir immédiatement. Il est essentiel de s’assurer que les gens se sentent valorisés, surtout lorsque tout le monde travaille à domicile.

Les détails sont essentiels. Par exemple, envoyez par courriel une carte-cadeau pour Uber Eats lors de leur premier jour dans l’entreprise. Accompagnée d’une note précisant que le repas est offert. Assurez-vous que les formalités administratives sont terminées et que les employés disposent de leur équipement avant leur premier jour.

Des solutions simples pour des problèmes complexes

Un autre conseil pour la montée en puissance d’une startup est que des solutions simples sont nécessaires pour résoudre des problèmes complexes. Il n’est pas facile de trouver des personnes qualifiées pour accomplir toute une série de tâches spécialisées. Là encore, il faut planifier et garder un œil sur l’avenir. L’élan se renforce de lui-même, c’est pourquoi vous avez délibérément recruté des membres de l’équipe extraordinaires lors de la première phase d’embauche. Vous savez maintenant à qui vous adresser en premier lorsque vous embauchez quelqu’un : les gens formidables connaissent les gens formidables.

Cependant, les personnes exceptionnelles aiment aussi collaborer dans un environnement productif avec d’autres personnes exceptionnelles. Dans le cadre du processus de recrutement, veillez à ce que les membres de l’équipe soient exposés à une variété de collègues. Participer au processus d’embauche avec vos employés est un autre aspect à prendre en considération. C’est une autre façon de faire en sorte que la prospérité nourrisse la prospérité.

Récompenser le bon comportement

Certaines entreprises en développement rencontrent des problèmes lorsqu’elles récompensent un résultat, tel que la conclusion d’une affaire, même si quelqu’un a poussé les autres à le faire. Ou la réalisation d’un projet dans les délais impartis, alors que le chef d’équipe attendait de chacun qu’il travaille tard le soir et le week-end. Si vous voulez que votre culture soit forte, veillez à récompenser les comportements qui encouragent les collègues à donner le meilleur d’eux-mêmes et qui correspondent aux qualités fondamentales de votre culture. Une idée à envisager est la reconnaissance par les pairs et un programme de récompense lié aux activités quotidiennes. Les points peuvent être utilisés pour faire un don à une bonne cause, acheter des cartes-cadeaux ou les transférer. On peut les donner pour reconnaître les efforts exceptionnels d’autres personnes.

Ce système permet d’obtenir des données utiles. Quelles équipes interagissent entre elles ? Le marketing et les ventes échangent-ils plus de points que d’habitude ? Ces informations vous donnent des indices sur ce qui doit retenir votre attention. Conservez ces données, car elles peuvent vous aider à déterminer si les équipes collaborent et travaillent bien ensemble.

Pour réussir l’expansion d’une entreprise, il faut être capable de comprendre les avantages de la mise en place d’une équipe solide. En outre, chaque étape de la montée en puissance d’une startup est cruciale, car il est très difficile de recruter de nouveaux talents sur le marché aujourd’hui.